AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Petites Douceurs Sucrées ღ Zoaly

 :: Bienvenue à Pine Creek :: Rue Principale :: Les petits studios :: Studio A03 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
PLUS FORT QUE VOUS NE LE PENSEZ

avatar
ღ Messages : 58
ღ Dollars : 20
ღ Date d'inscription : 28/02/2018
ღ Age : 7
ღ Occupation : Je suis écolière.
ღ Staut Civil : Je suis trop petite pour être amoureuse puis j'aime pas les garçons, ils sont trop bêtes !
ღ Enfants : J'ai ma poupée Milly qui est ma fille.
ღ Faction : Ignorant. Vous avez bien compris, je ne sais pas que les métamorphes existent.

ღ Avatar : Maggie Elizabeth Jones
ღ Crédits : Natoune
PLUS FORT QUE VOUS NE LE PENSEZ
Jeu 15 Mar - 23:06


petites douceurs sucrées

zoaly
J'ouvrais doucement les yeux, la nuit avait été courte, on avait beaucoup rit et regardait un film de princesse. Au petit matin après un déjeuner copieux, tous les enfants partaient et moi j'étais toujours là. June m'avait proposé de retourner dans sa chambre avant qu'elle parte chez son papa. Elle aussi avait son papa et sa maman séparé, sauf que son papa était toujours vivant... Après quelques minutes à nous imaginer être des super héroïne, sa maman est venue pour dire que son papa était là. On s'est serré dans les bras et on s'est lié le petit doigt comme on fait toujours quand on se quitte et June est partie avec son père.
Après s'être dit au revoir, la mère de June me demanda gentiment de préparer mes affaires, car c'est elle qui doit me conduire chez maman. Hier elles en avaient vaguement parlé. Car June faisait une pyjama party pour son anniversaire et du coup j'étais restée dormir chez elle, comme ça maman pouvait être tranquille sans moi à faire la fête avec ses copines ou je sais pas quoi. Après avoir rassemblé mes affaires, madame Bridge et moi avions pris la voiture. Durant le trajet, on n'a pas beaucoup parlé, j'étais bien trop occupée à bayer qu'à tenir une discussion. Je me languissais de voir maman pour lui raconter ma petite soirée et je sais qu'elle me parlera de la sienne. Madame Bridge arrêta la voiture, on était arrivé devant notre immeuble. Je pris mon sac sur le dos et m'empressai de rentrer dans la bâtisse, je voulais prendre les escaliers, mais madame Bridge avait décidé de prendre l'ascenseur. C'était à cause de ma mère, elle lui avait dit qu'il fallait que je fasse le moins d'efforts possibles... Je grognais levant les yeux au ciel puis j'entrais dans l'ascenseur. Après un énième "bip" les portes s'ouvrirent doucement, je sortis telle une fusée et alla sonner à la porte de l'appartement. Ma mère ouvrit quelques secondes après, je souris instantanément en la voyant.

Elles discutèrent quelques minutes et moi je profitais pour entrer chez moi et je posai mon sac par terre. Quand maman ferma la porte je lui sautai au cou et lui faisant des bisous ! « Tu m'as trop manquée ! Dis je voulais te demander, on peut faire un gâteau ? S'iiiiiiiiiil te plaiiiiiit !!! » Je joignais mes mains l'une à l'autre faisant une petite moue à laquelle il était impossible de résister. « Attends, d'abord je vais aller mettre mon linge au sale et après on commence ! » Je ne lui laissais pas le temps de répondre que je partais avec mon sac. Il faut dire que Noelie organise une fête samedi et que je veux que ma robe de princesse et mon pyjama de soirée soit propre, donc je m'y prends à l'avance. Je vais dans la salle de bain pour mettre le contenu de mon linge dans le bac et en sortant je vois la porte de la chambre de maman entre ouverte. J'entre dedans pour voir si elle n'a pas du linge aussi à mettre au sale. J'entendais maman parler, mais je n'avais pas compris ce qu'elle me disais, j'étais bien trop occupée à me demander ce que fessait une chemise d'homme à la maison. Je me précipita la chemine à la main devant le comptoir de la cuisine. « Maman, j'étais en train de faire le linge et j'ai trouvé ça  » Je lui montrais la chemise et la regardé. « Tu peux me dire pourquoi, il y a une chemise d'un monsieur dans ta chambre ? » Je me demandais à quel genre de soirée ma mère avait bien pu participer pour trouver des vêtements d'un homme à la maison...
Revenir en haut Aller en bas
Je suis le Membre du Mois

avatar
ღ Messages : 63
ღ Dollars : 7
ღ Date d'inscription : 14/03/2018
ღ Age : 29
ღ Occupation : Serveuse dans un petit café, mais un rêve, ouvrir sa propre pâtisserie
ღ Staut Civil : C'est compliqué, anciennement mariée, puis divorcée avant que son ex mari ne meurt... Donc célibataire, sauf peut être une nuit ou deux de temps en temps
ღ Enfants : Une véritable princesse, Zoey
ღ Faction : Ignorant. Vous avez bien compris, je ne sais pas que les métamorphes existent.

ღ Avatar : Jessica Alba
ღ Crédits : Inspire
Je suis le Membre du Mois
Ven 16 Mar - 2:23


petites douceurs sucrées

zoaly
Hier soir, ta petite princesse était invitée à une soirée pyjama pour l’anniversaire de son amie. Le coeur brisée comme à chaque fois que tu la laisses partir, même pour quelques heures, tu l’a laissée partir, lui souhaitant de bien s’amuser. Oui, parfois, c’est bien d’avoir une soirée pour soi, mais voir partir son enfant, c’est toujours difficile, surtout quand on te l’a enlevée pendant trop longtemps, comme l’a fait ton ex maintenant disparu. Et comme à chaque fois qu’elle part, tu t’organises une petite soirée. Tu ne veux pas rester toute seule chez toi et te venger sur un pot de crème glacée qui te tomberait sur les hanches. Alors tu t’étais fait belle. Tu portais même une petite robe noire, un peu de maquillage et tu sors avec une amie. Elle fini rapidement dans les bras d’un homme, ce qui n’était pas vraiment prévu, vous deviez juste sortir, manger un morceau, boire un verre et danser. Mais finalement, te voilà toi aussi dans les bras d’un homme que tu ramènes à la maison. Avec qui tu passes une nuit très sympathique. Un homme tout a fait mignon, très attirant, mais que tu ne reverras pas, ceci n’étant pas le but. Un homme d’une nuit, un homme pour le plaisir. Comme quelques autres hommes que tu vois de temps en temps quand tu n’as pas ta fille à l’appartement. Tu profites de ta vie de femme. Car tu es une mère, mais aussi une femme. Tu prends quelques plaisir, mais tu n’invites aucun à participer vraiment à ta vie. Aucun ne rencontre jamais ta fille. Elle passera toujours avant tout le monde. Et c’est bien pour cela que les hommes passent mais ne restent pas. Si un jour, tu devais te remettre en couple, ce serait vraiment réfléchit. Réfléchit pour le bien de ta fille avant le tient. Et parce que tu serais vraiment, de nouveau amoureuse. Ce qui te fait peur. Une peur qui t’habite après ce que tu as vécut avec ton mari qui menait ta vie. Une vie que tu veux vivre comme tu l’entends maintenant.

Cette nuit, tu t’endors dans les bras fort de cet homme. Une sensation qui te plaît, mais que tu ne peux pas te permettre d’avoir tous les matins. Et comme à chaque fois que cela se produit, les volets de ta chambre ne sont pas fermé, laissant entrer le soleil qui vient te réveiller. Alors doucement, tu t’éveilles, te glissant hors des bras de ton amant tout doucement pour ne pas le réveiller. Tu vas prendre une douche, profiter de l’eau chaude pendant de nombreuses minutes, après une nuit courte et alcoolisée, la douche au petit matin est toujours ta meilleure amie. Quand tu sors de la douche, tu t’enroules dans une serviette avant de retourner dans ta chambre, voir si le jeune homme est réveillé lui aussi. Il a petite mine, pour lui aussi la nuit a été courte. Tu lui dis que la douche est libre si il veut se doucher avant de partir pour rentrer chez lui. Et pendant qu’il file se laver, tu en profites pour t’habiller. Puis tu viens à la cuisine te prendre un yaourt attendant que ton ami de cette nuit sorte à son tour. Puis il fini par te rejoindre, une serviette nouée autour de la taille. Tu souris, te mordant la lèvre inférieure en regardant las abdos qui t’ont tenu compagnie cette nuit. Tu te dis que même un peu bourrée, tu as vraiment bon goût ! Tu lui propose un café, que tu lui prépares rapidement. Tu n’en bois pas souvent, mais tu as toujours ce qu’il faut. Et toi, quand tu bois une tasse de café, tu aimes y mettre un peu de cannelle ou de la vanille sans trop sucrer ton café. Mais ce matin, tu te contentes de ton yaourt. Mais rapidement, tu te rends compte de l’heure qu’il est, que ta fille ne devrait pas tarder. Tu te lèves en vitesse de ton siège pour le ramener dans ta chambre, lui ramasser ses affaires que tu lui mets en main. Tu lui donnes 5 minutes pour s’habiller avant de le mettre dehors. Et c’est une chance, car à peine tu le mets dehors que tu vois l’ascenseur qui monte. Tu ne sais pas si c’est ta fille qui arrive, mais il était temps.

De retour dans la cuisine, tu jettes ton pot de yaourt et tu t’approprie le café finalement pas bue par le jeune homme qui a prit les escaliers à ta demande forcée. Et tu entends ta petite princesse arriver à l’instant, tu te précipites pour la retrouver. Tu remercie la maman de son amie, tu discutes quelques instants avec elle pour savoir comment s’est passé la soirée. À peine seule avec Zoey, elle te saute dans les bras, tu lui souris, tu ris. Tu plus encore quand tu la regardes faire sa petite bouille pour te supplier.
« Toi aussi tu m’as trop manqué hier soir. Et dis moi petit diable, tu veux quoi comme gâteau ? »
Elle te laisse à peine le temps de souffler, de l’embrasser qu’elle file déjà pour aller mettre son linge sale dans la corbeille. Attendant qu’elle revienne, tu prépares de quoi faire un gâteau. Tu sors donc la farine, les œufs, une bouteille de lait, du beurre. Et pour le reste, tu attends ta petite puce comme tu ne sais pas encore à quoi vous allez faire le gâteau. Mais le choc quand elle revient avec la chemise oublié de l’homme que t’a tenu compagnie cette nuit. Comment te sortir de là ?
« Je me suis trompée en l’achetant, je n’ai pas fait attention que c’était une chemise de garçon. Mais comme elle me va pas trop mal, je l’ai gardée comme chemise de nuit... »
Tu n’aimes pas mentir à ta fille. Mais tu ne peux pas lui raconter ce que tu faisais la nuit dernière avec un homme dans ta chambre. Elle est encore bien trop jeune pour écouter ce genre d’histoire ! Et comme ce n’est pas un homme qui reviendra te voir, il ne deviendra pas son nouveau papa. Tu lui souris, en prenant la chemise.
« Alors, tu veux le faire à quoi ce gâteau ? Chocolat et fruit rouge ? Vanille et banane ? Dis moi ? Je te laisse regarder ce qu’on a et sortir le reste des ingrédient pendant que je vais lancer la lessive, avec tes vêtements et ma chemise de nuit. »
Tu files en vitesse avec la chemise, te demandant comment tu vas pouvoir la rendre. Ou sinon, tant pis, tu la gardes. Tu lances la lessive avant de revenir en cuisine voir comment se débrouille ta petite princesse.
« Tu as trouvé ce que tu voulais faire ? »
À son niveau, tu la chatouilles un peu comme tu aimes le faire pour l’entendre rire.
Revenir en haut Aller en bas
PLUS FORT QUE VOUS NE LE PENSEZ

avatar
ღ Messages : 58
ღ Dollars : 20
ღ Date d'inscription : 28/02/2018
ღ Age : 7
ღ Occupation : Je suis écolière.
ღ Staut Civil : Je suis trop petite pour être amoureuse puis j'aime pas les garçons, ils sont trop bêtes !
ღ Enfants : J'ai ma poupée Milly qui est ma fille.
ღ Faction : Ignorant. Vous avez bien compris, je ne sais pas que les métamorphes existent.

ღ Avatar : Maggie Elizabeth Jones
ღ Crédits : Natoune
PLUS FORT QUE VOUS NE LE PENSEZ
Lun 19 Mar - 14:25


petites douceurs sucrées

zoaly
Depuis que j'étais venue vivre ici, j'avais une meilleure amie, avant j'en avais pas. Dans l'école ou j'étais c'était un peu dur de travailler, tous les enfants étaient très intelligents et ils préféraient travailler que jouer. On était tous en compétition, car il ne pouvait avoir qu'un gagnant. Qu'un meilleur ! Moi je n'aimais pas trop ça. Alors c'est vrai que ici c'était beaucoup plus facile à l'école, mais j'avais sauté deux classes, et même si j'étais avec des plus grands, j'arrivais quand même à me faire une place. J'étais devenue très amie à June, elle avait 7 ans et elle aussi avait sauté une classe, on était comme des soeurs, des meilleures amies et j'adorais passer du temps avec elle. On allait en bus dans la ville d'à côté car il n'y a pas d'école primaire ici à Pine Creek. Et j'avais de la chance car elle habitait la même ville, il n'y a pas de doute, on était faite pour s'entendre ! Cela me faisait de la peine de la laisser, mais je me disais que je la verrai demain à l'école, puis j'allais rentrer voir maman, elle m'avait beaucoup manqué aussi !

Arrivée à la maison je lui sauté dans les bras l'implorant de faire un gâteau ! Mais je ne lui laisse pas le temps de répondre que je cours mettre mes vêtements au sale et je fais le tour de la maison pour mettre le reste aussi. « Toi aussi tu m’as trop manqué hier soir. Et dis moi petit diable, tu veux quoi comme gâteau ? » J'entends que maman me parle, mais je suis trop occupée à regarder la chemise dans sa chambre. Je me dirige à nouveau vers elle avec la chemin dans les mains lui demandant qu'est ce que cela fait dans la chambre. Je regardais ma mère me demandant quelle réponse elle allait me donner. « Je me suis trompée en l’achetant, je n’ai pas fait attention que c’était une chemise de garçon. Mais comme elle me va pas trop mal, je l’ai gardée comme chemise de nuit... » Je penchais un peu la tête quand j'entendis son explication. Je sais que ma maman ne me mentirait pas, mais je trouvais ça bizarre, elle faisait tout le temps attention à ce qu'elle achetait car elle disait qu'on avait pas beaucoup d'argent et ne voulait pas perdre le moindre petit centimes. Je voulais lui demandais pourquoi elle ne l'a pas rendu au magasin, mais elle me coupa la parole avant même que je puisse parler. « Alors, tu veux le faire à quoi ce gâteau ? Chocolat et fruit rouge ? Vanille et banane ? Dis moi ? Je te laisse regarder ce qu’on a et sortir le reste des ingrédient pendant que je vais lancer la lessive, avec tes vêtements et ma chemise de nuit. » Elle s’éclipse avec la chemin dans les mains, et j'ai pas le temps de lui parler, alors je hoche les épaules la regardant partir, elle n'a pas l'air du bien du tout. Je prends la chaise que je mets sous les placards et je monte dessus pour regarder dedans. Je sors tout ce qu'il faut pour faire des cookies au chocolat et à la noix de coco mes préférés ! Je pose tout sur la table quand maman revient et me chatouille. « Tu as trouvé ce que tu voulais faire ? » Je ris en essayant de me débattre. Puis je lui réponds avec le sourire. « Des cookies chocolat à la noix de coco !!! » Je lève les bras au ciel en énonçant mon choix et je me mets à rire. Mais je vois que j'ai oublié le chocolat. « Oh non le chocolat, j'ai oublié ! » Telle une pile électrique je cours dans le placard et monte sur la chaise mais j'ai du mal à attraper la tablette, je me mets alors sur la pointe des pieds en élançant ma main le plus loin possible, mais je suis toujours trop petite et surtout je manque de tomber...
Revenir en haut Aller en bas
Je suis le Membre du Mois

avatar
ღ Messages : 63
ღ Dollars : 7
ღ Date d'inscription : 14/03/2018
ღ Age : 29
ღ Occupation : Serveuse dans un petit café, mais un rêve, ouvrir sa propre pâtisserie
ღ Staut Civil : C'est compliqué, anciennement mariée, puis divorcée avant que son ex mari ne meurt... Donc célibataire, sauf peut être une nuit ou deux de temps en temps
ღ Enfants : Une véritable princesse, Zoey
ღ Faction : Ignorant. Vous avez bien compris, je ne sais pas que les métamorphes existent.

ღ Avatar : Jessica Alba
ღ Crédits : Inspire
Je suis le Membre du Mois
Mer 21 Mar - 19:31


petites douceurs sucrées

zoaly
Tu as à peine le temps de l’embrasser, de lui dire qu’elle t’a énormément manqué hier soir, même si tu as eu de la compagnie. Ce n’était pas pareil, ce n’était pas Zoey. La petite flèche est déjà partie en courant à l’autre bout de l’appartement. Tu ne peux pas la gronder d’avoir tant d’énergie, tu l’interdis de faire du sport, par peur qu’il lui arrive quelque chose avec la malformation de son petit coeur. Tu as tellement peur qu’il lui arrive quelque chose que tu la retiens, sinon, tu le sais bien, elle serait toujours en train de courir de partout. Elle te fait un peu penser à toi quand tu étais petite. Alors tu la laisses courir dans le petit studio que tu loues. Ce petit logement que tu peux offrir à ta fille. Tu voudrais qu’elle puisse avoir la chance de grandir dans la maison de ton enfance. Mais les charges sont trop élevée pour toi. Puis tu te rassures en la voyant grimper dans sa petite mezzanine qui fait office de chambre pour ta petite merveille, en la voyant s’amuser de grimper là haut, dans son petit monde, sa petite cachette ! Elle qui aime grimper aux arbres, elle grimpe pour aller dormir. Tu la regardes d’en bas, sur le canapé et tu lui racontes une petite histoire. Ces petits contes qu’écrivait ta mère. Ta préférée à toi étant celle du PRINCE GRENOUILLE ! Ce prince maudit, au PHYSIQUE très beau, mais qui voulait toujours plus. Il voulait s’amuser et s’est retrouvé transformé, à devoir manger des moustiques.

Lui demandant ce qu’elle veut faire comme gâteau, tu lui prends la chemise pour aller lancer la lessive sans perdre de temps, ne voulant pas qu’elle te pose plus de questions sur cette fameuse chemise d’homme. Et de retour en cuisine, tu remarques la chaise tiré contre le meuble pour que ta petite merveille puisse grimper et attraper ce qu’il faut. Tu vois les ingrédient et déjà tu comprends. Tu souris, d’autant plus quand elle t’annonce ce qu’elle veut faire. Tu aurais du t’en douter, ses biscuits préférés. Les cookies chocolat, noix de coco ! Tu la regardes se précipiter pour attraper le chocolat qu’elle a oublié. Tu viens la rattraper quand elle manque de tomber. Tu as eu peur, tu as sentie ton coeur louper un battement.
« Aller petit poussin, je te porte et toi, tu attrapes le chocolat ! D’accord mon coeur ? »
Tu la soulèves un peu, juste un peu pour qu’elle puisse attraper cette tablette de chocolat qu’il vous manque pour préparer les cookies. Quand elle l’a en main, tu la descends doucement, profitant un peu de lui faire un câlin. Et tu la déposes sur sa chaise pour qu’elle puisse être au niveau de la table pour préparer les cookies avec toi.
« Alors petit chef, on commence par quoi ? »
Tu lui souris alors que tu allumes le four pour qu’il puisse préchauffer avant de mettre vos cookies à cuir. Tu sors aussi la balance pour peser la farine, le sucre, les ingrédients pour faire la recette. Tu sors une LOUCHE, pour remuer, car toutes les cuillères sont sales. Il faut dire qu’avec 5 petites cuillères, elles sont rapidement toutes sales. Le saladier sur la balance, avec ta petit puce, vous pesez la farine. Portant le petit sachet à deux et que vous renversez toujours trop vite, car à deux, c’est un peu compliqué parfois. On pourrait penser qu’à force de cuisiner avec Zoey, tu prennes le coup de main, mais tu crois que tu aimes trop ça, en mettre partout quand vous cuisinez toutes les deux. L’entendre rire parce qu’elle a de la farine plein le visage. Tu lui apprends à MORDRE la vie à pleine dent !
« Regardes toi, tu as sur le nez ! »
Tu ris en lui touchant le bout du nez.
Revenir en haut Aller en bas
PLUS FORT QUE VOUS NE LE PENSEZ

avatar
ღ Messages : 58
ღ Dollars : 20
ღ Date d'inscription : 28/02/2018
ღ Age : 7
ღ Occupation : Je suis écolière.
ღ Staut Civil : Je suis trop petite pour être amoureuse puis j'aime pas les garçons, ils sont trop bêtes !
ღ Enfants : J'ai ma poupée Milly qui est ma fille.
ღ Faction : Ignorant. Vous avez bien compris, je ne sais pas que les métamorphes existent.

ღ Avatar : Maggie Elizabeth Jones
ღ Crédits : Natoune
PLUS FORT QUE VOUS NE LE PENSEZ
Lun 26 Mar - 19:15


petites douceurs sucrées

zoaly
J'ai toujours été très vive, une vraie pile électrique, au plus désespoir de maman. Je me souviens quand les médecins ont dit que j'étais malade, elle en a pleuré des jours et des jours. Une vraie fontaine, elle n'arrivait plus à se calmer. Papa, lui c'était pas pareil, je le voyais encore moins qu'avant, je sais qu'il m'aimait, mais je sais aussi qu'il aurait voulu un garçon... Mais maman, elle s'en fichait elle m'aimait même avec mon problème à mon cœur. Une fois j'ai voulu lui dire un truc gentil, mais elle a encore plus pleuré ! Mais elle m'a bien rassurée disant que c'était des larmes de bonheurs. j'ai un peu de mal à faire la différence, moi quand je pleure c'est quand j'ai mal, que je suis triste, pas quand je suis contente. Moi, quand je suis contente je souris. On était à l’hôpital, je venais de faire une grosse crise et elle était sur la chaise à côté de moi. Elle pleurait disant qu'elle avait eu peur de perdre et je lui ai souris disant que moi non, que j'ai pas peur ! Car même si mon cœur est malade, il a une protection. Et c'est maman ma protection, car elle m'a toujours dit que l'amour ça vient du cœur et comme c'est elle la première personne dedans, elle me protège. Elle m'a serré fort dans ses bras, disant que j'avais raison et après je me souviens plus trop. Enfin, même si je sais que je suis malade, je fais pas toujours attention. Comme avec la chaise ou je manque de tomber, mais heureusement que maman est là. « Aller petit poussin, je te porte et toi, tu attrapes le chocolat ! D’accord mon coeur ? » Je regarde ma mère et je fais un petit signe de la tête. Elle est gentille quand même, elle aurait pu m’engueuler, me disant de faire attention, mais non... Elle me soulève doucement et j'attrape la tablette pour faire les Cookie Chococo comme je les appelle. C'est le mélange des mots Chocolat et Coco (pour la noix de coco), ce qui donne Chococo ! « Viiiiiictooooiire ! » Je crie en prônant fièrement ma tablette et maman me repose en faisant un petit câlin. Je pose mon chocolat sur la tablette et on s’apprête à pâtisser !

« Alors petit chef, on commence par quoi ? » Maman me demande par quoi on commence. Je pose mon doigt sur mon menton regardant le plafond. J'essaie de me souvenir de la recette. « Il faut mettre le sucre avec le beurre et après les oeufs ! » On s'y met, on pèse d'abord les ingrédients pour être sûr d'avoir ce qui nous au faut au moment ou on en aura besoin. On fait tout à deux, c'est un peu compliqué mais on arrive. C'est plus rigolo de tout faire ensemble que ce soit l'une qui fait et l'autre qui regarde, moi en tout cas, je m'amuse mieux de cette manière. Je ris quand je vois qu'on en verse à côté. « Regardes toi, tu as sur le nez ! » Je m'emparais du torchon qui était à côté du plat pour m'essuyer le bout du nez. Maman avait trouvé ça drôle de me mettre un peu de farine sur le nez et il faut l'avouer c'était très drôle. Je me rappelle de quand j'étais petite, enfin plus petite que maintenant, on faisait souvent des gâteaux à la maison et des fois papa nous aider. Une fois, on avait préparés des cookies et cela avait fini en bataille de pâte à cookie. J'avais trouvé cela super et j'étais un peu triste de savoir que ça ne sera plus jamais pareil.. Une fois le torchon reposé, j'attrapai un petit copeau de noix de coco que je mis à la bouche en regardant maman. « Je vérifie que c'est encore bon... Hmmm oui c'est bon ! » J'aimais, non j'adorais la noix de coco, j'aimais que Marley, l'autre femme de papa me donnait du lait de coco le matin. Mais ça je ne le disais pas à maman, car ça lui faisait du mal de savoir que papa avait eu une autre femme... Puis je réfléchissais, pourquoi papa avait eu Marley et maman n'avait personne. Je la regardais doucement. « Maman, est ce qu'un jour tu vas te marier et j'aurais un nouveau papa ? »
Revenir en haut Aller en bas
Je suis le Membre du Mois

avatar
ღ Messages : 63
ღ Dollars : 7
ღ Date d'inscription : 14/03/2018
ღ Age : 29
ღ Occupation : Serveuse dans un petit café, mais un rêve, ouvrir sa propre pâtisserie
ღ Staut Civil : C'est compliqué, anciennement mariée, puis divorcée avant que son ex mari ne meurt... Donc célibataire, sauf peut être une nuit ou deux de temps en temps
ღ Enfants : Une véritable princesse, Zoey
ღ Faction : Ignorant. Vous avez bien compris, je ne sais pas que les métamorphes existent.

ღ Avatar : Jessica Alba
ღ Crédits : Inspire
Je suis le Membre du Mois
Mer 28 Mar - 22:46


petites douceurs sucrées

zoaly
Faire des gâteaux, toute sorte de gâteaux avec ta petite, c’est ce que tu préfères au monde. Alors quand elle arrive en courant et te dit qu’elle veut faire un gâteau, tu as eu ce sourire magique, ce sourire que tu aimes avoir. Même si par la suite, elle est partie comme la flèche qu’elle est et qu’elle te ramène cette chemise d’homme oublié. Que cela te mets un peu dans l’embarras. Tu n’aimes, mais pas du tout lui mentir, mais tu ne peux pas lui dire qu’un homme était là la nuit dernière. Tu ne peux pas expliquer à ta fille de 6 ans que parfois, tu es une femme et que tu as besoin de compagnie sans que cela puisse devenir un nouveau papa pour la petite. Elle sera toujours ta priorité, ta petite princesse. Et tu ne veux pas faire rentrer un homme dans votre vie pour le moment. Peut être un jour. Peut être. Si tu venais à retomber amoureuse, à faire de nouveau confiance au point de présenter ta fille, si ils s’entendent bien. Tant de conditions… Mais la question n’est pas actuelle, alors oui, c’est vilain, c’est pas bien, mais tu lui ment, c’est sans doute mieux pour l’instant. Mais après cette petite tromperie, mise de côté, vous commencez à préparer tous les ingrédients. Ne manque que le chocolat. Tu aides Zoey pour l’attraper. Elle a bien failli tomber de sa chaise, tu as eu peur, mais tu ne peux pas la gronder pour cela. Elle voulait aider. C’est comme quand elle t’aide avec les courses, tu te souviens cette fois, où elle a fait tomber la boîte d’oeufs, les cassant presque tous. Tu te souviens qu’elle pleurait mais tu l’a prise dans tes bras, tu l’as consolée, rassurée. Elle voulait aider et juste cela, te faisait plaisir. Tu lui avais dit combien tu étais heureuse d’avoir une fille comme elle.
« Bravoo ! À nous le chocolat ! À nous les cookies chocococo ! »

Commençant à faire les biscuits avec ta fille, tu ris avec elle. C’est un moment de bonheur pure. Et comme toujours, elle participe pas seulement comme observatrice. Et à force de lui faire ces cookies, ceux qu’elle préfère, elle connaît la recette par coeur ta petite chipie. Vous peser les ingrédients, chacun dans un petit bol. Et pendant qu’elle verse le sucre dans le saladier, tu fais fondre le beurre au micro onde. Tu le verses doucement sur le sucre pendant qu’elle remue le tout. Puis vient la farine. Versée un peu trop vite dans le récipient, mettant de la poudre blanche un peu partout et aussi, sur le nez de Zoey. Tu ris en la voyant s’emparer vivement du torchon pour s’essuyer le bout du nez tout blanc. Dans le plat, vous ajoutez les œufs, le petit zeste de vanille. Tu souris en regardant cette petite gourmande piocher dans le sachet de noix de coco râpé, histoire de vérifier si elle aime toujours, comme elle le dit.
« Petite coquinette, ne mange pas tout, sinon il ne nous en restera pas assez pour faire les cookies ! »
Tu la chatouilles pour la taquiner un peu et tu la laisses verser le reste du sachet dans le plat. Et pendant qu’elle mélange le tout pour commencer à faire une belle pâte à cookie, tu t’occupes du chocolat. Coupant une partie de la tablette en petit morceau pour en mettre dans la pâte, pendant que le reste sera fondu pour décorer les biscuits quand ils seront cuit. Mais tu manque de te couper un doigt quand elle te pose une question qui te laisse sans voix.

Tu te concentres sur le chocolat, te demandant ce que tu peux lui répondre. Quoi lui dire, tu n’es pas prête à cela. Tu ne t’attendais pas à une telle demande de sa part. Alors tu évites de répondre, en posant une question en retour.
« Tu… Tu voudrais un nouveau papa ? »
Tu te doutes bien que son papa doit lui manquer, mais tu ne pensais pas qu’elle était en besoin de vouloir un nouveau papa. As-tu envie de retrouver l’amour ? Peut être un peu, mais avec cette première expérience, tu as peur de t’attacher de nouveau. De t’engager dans une relation qui pourrait de nouveau, te faire du mal. La seule chose de bien qui ressort de ton premier mariage, c’est ce petit ange, les mains pleines de pâte à gâteau alors qu’elle mélange le tout pendant que tu ajoutes les petits morceaux de chocolat. Tu sors la plaque sur laquelle vous allez mettre les petites boules de pâtes qui deviendront les cookies à la cuisson.
« Je te laisse faire les boules et moi, je met au four ensuite ! Si on en fait assez et qu’on est pas trop gourmande aujourd’hui, tu pourras en prendre pour ton goûter demain. »
Lui laissant les rênes, tu la regardes faire les petites boules de pâtes. Tu la regardes s’appliquer en souriant. Il ne t’en faut pas beaucoup pour te rendre heureuse. Une fois la plaque pleine, tu la glisses au four. Tu attrapes une chaise pour la mettre devant, pour laisser Zoey venir surveiller la cuisson avec toi.
« Tu te souviens combien de temps on doit les laisser ? »



Un amour de petite princesse
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» PETITES COURGETTES RONDES FARCIES AUX PIGNONS DE PINS
» Petites Devinettes...
» Petites Meringues Hyper Facile
» eau de mer sucré
» Que sont devenues les petites filles en Chine?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bienvenue à Pine Creek :: Rue Principale :: Les petits studios :: Studio A03-
Sauter vers: